La vie après la mort… Champignons anti pollution post-mortem

Par Michel ~ Asia Santé le Dimanche 27 novembre 2011 à 14h59
  • Partager cet article
  • Like-Rank

Il est des sujets que l’on aime rarement aborder mais qui sont pourtant inévitables, comme celui de la mort.
Avez-vous déjà pensé à ce que vous voudriez que votre corps deviennent après votre mort ? Il existe de nombreuses solutions, dont certaines assez farfelues mais il y a une réalité que l’on ne peut nier : comme celui de la pollution.

En effet, de nos jours, même si on fait le maximum au quotidien pour vivre en harmonie avec la nature, nos corps sont obligatoirement sujets à la pollution : que cela passe par notre alimentation, nos habitudes de vie et de consommation ou bien simplement par l’air que l’on respire, l’eau que l’on boit,… nos corps sont pollués. On appelle cela la pollution environnementale.
Un de ces polluants les plus connu est le Bisphenol A, (BPA). Un estrogène synthétique que l’on utilise comme durcisseur de matériaux sur un nombre incalculable de produits comme l’intérieur des boites de conserve et certains emballages plastiques. Outre le fait qu’il imite certaines hormones du corps humain, entrainant des problèmes neurologiques et de reproduction, on en trouve vraiment partout, au point qu’une étude récente a mis en évidence le fait que l’on trouve du BPA dans 93% de la population de 6 ans et plus !
Mais ceci n’est qu’un seul produit chimique… parmi des centaines d’autres que l’on côtoie au quotidien et que l’on entrainera dans notre corps après notre mort. Le Centre pour le Contrôle et la prévention des Maladies aux USA estime que notre corps contient une moyenne de 219 polluants toxiques ! Parmi ceux-ci des métaux lourds (plombs, mercure,…), des pesticides, des conservateurs…

Que deviennent ces polluants après notre mort ? Et bien cela dépend de ce que vous décidez de faire de votre corps… Il existe beaucoup de solutions mais jusqu’à présent aucune n’était vraiment écologique. C’est pour cela qu’aujourd’hui je suis ravi de vous présenter une initiative d’une artiste américaine du nom de Jae Rhim Lee : le Champignon d’infinité.

champignons depolluants post-mortem

Avant de rentrer dans le vif du sujet, faisons un rapide tour d’horizon sur les solutions actuelles.

  • L’enterrement classique : le plus pratiqué en France mais loin d’être écologique… Outre le fait que tous les polluants et toxines retournent directement à la terre, et indirectement aux nappes phréatiques, la situation s’empire encore lorsque l’on prend en compte les produits rajoutés au corps pour lui redonner un semblant de vie comme les cosmétiques et les filtres.
  • L’incinération ou la crémation : de plus en plus pratiquée et une des plus néfaste pour la nature : Le principal avantage de cette solution est d’économiser de la place mais au niveau environnemental, c’est une véritable catastrophe ! Outre le fait que les polluants partent en fumée dans notre atmosphère pour nous redescendre dessus à la première pluie, incinérer un cercueil à 800 ou 900°c demande une quantité non négligeable d’énergie, apportée par le bois, le gaz ou le fuel suivant les pays. Surtout qu’en France nous n’avons pas encore le réflexe de retirer les amalgames dentaires contenant des métaux lourds, comme le mercure qui finira en gaz, accompagnera la pluie et finira dans nos mers et rivières dans le ventre des poissons que nous consommons au quotidien.
  • La thanatopraxie : à l’image de l’embaumement, elle permet de limiter provisoirement le processus de putréfaction. Concue à base de substances formolées, notre atmosphère n’appréciera pas vraiment les sources d’émission de dioxine en résultant. Surtout que le corps finira de toute façon par retourner à la terre avec les polluants classiques de toute façon.
  • La promession : principalement utilisée dans les pays scandinaves, limite les déchets de métaux lourds. Le corps est refroidi à l’azote liquide, placé sur un table vibrante et réduite en de milliers de petites particules, desquels on peut extraire les déchets métalliques. Les restes du corps sont placés dans une urne bio-dégradable que l’on peut enterrer ou incinérer. On peut donc récupérer et traiter les métaux, ce qui est déjà cela mais le reste des polluants finissent comme dans les cas précédent, c’est à dire dans la nature. Ce procédé est encore peu courant et ne s’accorde pas toujours avec la loi en vigueur dans certains pays.
  • L’aquamation : encore très peu répandue, c’est un procédé consistant à plonger le corps du défunt dans une solution liquide chauffée, alcaline et composée d’additifs permettant de dissoudre les chairs. Elle utilise très peu d’énergie, les métaux sont récupérés pour être traités, ne produit pas de gaz à effet de serre. Le liquide ainsi obtenu « pourrait » même être utilisé en tant que fertilisant en agriculture. Entre parenthèse du moins car le manque d’informations scientifiques viables sur le reste des polluants du corps manquent à l’appel. Les 2 gros inconvénients sont l’équipement à mettre en place et son incompatibilité avec les religions islamiques. Il n’en reste pas moins que pour l’instant, elle fait parti des plus écologiques, même si un peu ragoutante à mon goût…
  • La transformation en diamant synthétique : aucune idée du nom réel de ce type de « recyclage » mais le procédé consiste à incinérer le corps du défunt puis à l’envoyer dans un centre spécialement équipé qui transformera les cendres restantes en un diamant synthétique. Le procédé utilise une température très haute (1700°c) combinée à une très forte pression pour accélérer le processus de transformation du carbone en diamant. Outre le fait d’être de mauvais goût à mon sens, cela demande uns somme d’énergie considérable, et cumule les facteurs anti-écologiques…

Tout cela pour en arriver à cette fameuse méthode dont je vous parlais au tout début, qui à mon sens est vraiment révolutionnaire et écologique : le projet Infinity Burial (enterrement d’infinité). Ou tout du moins le sera puisque pour l’instant elle n’en n’est qu’au stade de prototype. Mais à mon avis, cela fait partie des initiatives que l’on se doit d’aider à avancer car elle peut apporter un plus non négligeable aux prochaines générations.

Le principe pourrait se résumer en une seule phrase tellement l’idée de base est simpliste : se faire enterrer dans un costume contenant des champignons (pas n’importe lesquels bien sur) étant capables d’accélérer la décomposition et la remédiation des toxines.

La biologie nous a appris par le passé que certains champignons (dont certains comestibles) avaient la capacité de nettoyer les toxines environnementales contenues dans les sols. L’idée de Jae Rhim Lee est donc de procéder à une sélection naturelle des champignons les plus actifs dans ce domaine, qu’elle nomme les champignons d’Infinité.
Ensuite de créer une combinaison post-mortem à base de 2 éléments : les champignons d’Infinité et un autre composant servant de nouriture de base aux champignons, leur permettant de se développer très rapidement et ainsi de prendre en charge au plus vite la décomposition du corps et des polluants environnementaux pour donner naissance à un procédé appelé décompiculture (principe mis en avant par l’entomologiste Timothy Myles).
Le résultat, vous vous en doutez, serait d’éliminer la majorité des toxines contenues dans notre corps afin de laisser du compost propre, apportant des nutriments non pollués aux racines des plantes, protégeant nos sols ainsi que nos nappes phréatiques. Outres ces avantages non négligeables, cette méthode devrait se révéler bon marché, donc accessible à tous, et sans entrer en contradiction avec la majorité des religions !

Cela peut sembler un peu fou, encore plus quand elle présente elle même cette méthode avec son âme d’artiste. Mais à bien y réfléchir, personnellement je trouve que ce projet est un des plus simple, des plus accessibles mais des plus réalistes qu’il m’ait été donné de voir à ce jour sur ce sujet sensible qu’est le devenir de notre corps après la vie.

Je vous laisse juger par vous même, voici une vidéo où elle présente son projet. En anglais mais parfaitement sous-titrée en français : Jae Rhim Lee : Mon costume d’enterrement en champignons

N’hésitez pas à partager vos avis via les commentaires de cet article.

Un autre article avant de partir ?

2 commentaires

  1. sonia a dit:

    Il s’agit d’un concept vraiment novateur. A mon avis il aura du mal à s’imposer. Néanmoins il devrait pouvoir séduire les personnes soucieuses de la nature

    Le Vendredi 10 février 2012 à 11h21

  2. devischirurgie a dit:

    D’accord avec toi laser vergetures. Pas evident de democratiser le concept mais cela devrait pouvoir marcher avec les partisans du dev durable…

    Le Lundi 9 avril 2012 à 14h16

Laisser un commentaire



([email protected] pour obtenir une ancre optimisée)



Les bonnes pratiques des commentaires

Mentions légales | Auteur | Plan du site