OGM : la fin des haricots…

Par Michel ~ Asia Santé le Dimanche 18 décembre 2011 à 16h02
  • Partager cet article
  • Like-Rank

Voici une nouvelle étude qui vient nous garantir encore une fois et avec un aplomb déconcertant que les OGM sont nos amis et qu’ils ne constituent aucun risque à la consommation. Bon, on commence à être habitué à ce genre d’annonces, les OGM ayant été programmés dès le début pour s’imposer coute que coute…
Ce qui pose problème, c’est le caractère final que tente d’imposer la responsable de cette étude, une généticienne d’AgroParisTech, Agnès Ricroch, qui affirme sans peur « Là, maintenant, le débat sur les OGM d’un point de vue sanitaire est clos« .
Ouf, nous voilà rassuré… Mais de qui se moque-t-on ?

Sur quoi cette étude porte-elle, sur quelles durées, sur quels sujets, quelles sont les sources ? Voyons cela…

Pour commencer, la première chose qui choque, c’est que la responsable de cette étude soit une généticienne. N’aurait-il pas été plus logique de confier cette tache à une toxicologue ??? Mais bon passons, il parait que cette dame est une référence en la matière, nous y reviendrons un peu plus tard…

Sur quoi a porté l’étude exactement ? En fait, c’est une étude de plusieurs études… L’équipe d’Agnès Ricroch a eu en charge (pendant un an) d’analyser les données émises par 24 études toxicologiques internationales. 12 études basées sur des périodes de 90 jours à 2 ans et 12 autres études basées sur 2 à 5 générations d’animaux (Ne vous laissez pas impressionner par le nombre de générations annoncé, les souris par exemple peuvent copuler à partir de 4 semaines et leur gestation ne dure qu’une 20ène de jours). Le critère sur le choix des étude est bien entendu totalement opaque, il est très facile d’obtenir les résultats que l’on veut en ne choisissant que les études qui vont dans le sens désiré…

Parmi les animaux observés, on compte des souris, des chèvres, des vaches, des rats et des poulets de laboratoire (des pauvres bestioles qui n’ont jamais du voir la lumière du soleil et n’ont jamais du manger une « vraie » plante de leur vie). Ils ont été nourris avec en moyenne 33% de plantes transgéniques actuellement sur le commerce. Dans ces 33% de plantes génétiquement modifiées, figurait du maïs, du riz, du soja, des pomme de terre et du triticale.

La conclusion de cette étude tend à démontrer que les OGM ne sont pas un danger au niveau sanitaire pour les animaux testés. Il s’agit donc ici de rassurer les foules et de faire passer la pilule OGM auprès du grand public. Mais que pouvions nous attendre de plus de la part d’une étude dirigée par une ardente défenseuse de la cause OGM ?
Car c’est bien ce qu’est Agnès Ricroch ! Tous ces discours, livres et publications depuis 1985 vont dans ce sens… Comment croire à l’objectivité d’une telle étude quand elle est menée par une personne qui a consacré sa carrière à promouvoir les OGM sous toutes ses formes ? Qui tente de nous faire croire que les OGM sont la solution à la fin dans le monde alors que d’un autre côté elle met tout en oeuvre pour s’assurer de la propriété intellectuelle des sociétés de biotechnologie végétale.

Des études avec un recul de 2 ans, sur des variétés animales restreintes, mené par une pro-OGM… Ce rapport, qui aura couté un an d’étude n’est que poudre aux yeux sur les OGM à laquelle nous assistons, comme tant d’autres depuis ces dernières années… Il est incompréhensible que le monde scientifique contemporain n’est pas plus d’humilité. A moins ce qu’il ne soit pas question d’humilité et d’éthique, mais uniquement de rendement et d’argent…

Un petit aparté sur les OGM en général :

Les OGM aujourd’hui, c’est… trop tard… Malheureusement c’est un constat pessimiste mais réaliste. Si vous êtes contre et que vous avez décidé de ne pas consommer de produits contenant des OGM, sachez que l’on ne vous a pas laissé le choix. Vous en consommez déjà à votre insu ! Même si vous portez une attention toute particulière sur les aliments que vous achetez, vous n’avez aucune garantie.

  • Premièrement, l’étiquetage réglementé « contient des OGM » ou « issu de végétaux génétiquement modifiés » ne s’applique que pour les produits contenant plus de 0.9% d’OGM.
  • Ensuite parce qu’une grande partie de nos animaux d’élevage consomment des OGM, principalement du soja génétiquement modifié importé des USA. Et ce qu’ils mangent, vous le retrouvez dans votre assiette sous forme de viande, de produits laitiers et de tous leurs dérivés.
  • Et dernièrement parce que la culture en plein champs de certains végétaux génétiquement modifiés est autorisée. Quand un paysan plante X hectares de maïs génétiquement modifié, le vent et les insectes iront innocemment polliniser d’autres cultures saines situées jusqu’à plusieurs kilomètres. Et de génération en génération, on retrouvera ces gènes dans la quasi totalité de notre agriculture…

Le vrai problème est ici : on ne nous a pas laissé le choix… On nous a imposé les OGM de force et malgré nous, il y a cela des années, bien avant que l’on ait la moindre bribe d’information sur leur toxicité ou non. Aujourd’hui le but n’est pas de chercher s’ils le sont ou non, c’est uniquement d’argumenter le fait qu’ils ne sont pas dangereux afin de couvrir des erreurs irréparables faites il y a plusieurs années.

Voici une petite infographie tirée du site de Greenpeace sur la consommation indirecte d’OGM. Je vous encourage d’ailleurs à visiter leur site qui regorge d’informations sur ce sujet.
En particulier leur guide sur les produits de grande consommation qui contiennent des OGM.

 

PS : J’ai par habitude de vous laisser quelques liens en fin d’article, avec les pour et contre pour que chacun se fasse son idée sur la question traitée. Et bien cette fois-ci je passe mon tour… Je ne me fendrai pas même d’un lien en nofollow pour ce genre de personne, désolé.
Par contre, c’est avec plaisir et dofollow que je vous remet celui de GreenPeace et ses infos sur les OGM ;-)

Recherches associées :

  • SHEMA ogm souris,
  • ...

Un autre article avant de partir ?

8 commentaires

  1. Mickael a dit:

    Un reportage par ailleurs très intéressant sur les OGMs (et qui soulève les mêmes interrogations que celles de votre article) est celui de Paul Moreira; malheureusement ce reportage diffusé en 2005 (en fin d’année, en Novembre) sur Canal+ est aujourd’hui très difficile à trouver.

    Il était intitulé (de mémoire) « l’étude qui accuse » (le nom est plutôt explicite..). On remarquait d’ailleurs à travers cet étude des individus qui manquaient parfois d’arguments afin de soutenir leurs thèses. Le sujet est complexe car l’objectivité de chacun pourra toujours être remise en cause, ce n’est qu’avec le temps, je pense, que nous pourrons mesurer les réelles conséquences des OGMs (qui sont peut-être sans conséquences, mon point de vue reste neutre pour ce commentaire). D’ailleurs vous soutenez vous aussi ce constat pourtant défaitiste : il est désormais trop tard et il ne nous reste donc plus qu’à attendre.. Je partage votre point de vue à ce niveau là.

    Cordialement.

    Le Vendredi 23 décembre 2011 à 16h37

  2. sophie a dit:

    bonjour, j’ai entendu qu’il y avait un problème de législation avec les OGM. En effet la France y est fermement opposée mais par contre la commission européenne stipule le contraire. Avez-vous des informations sur ce bras de fer ?

    Le Jeudi 29 décembre 2011 à 14h16

  3. Michel ~ Asia Santé a dit:

    Désolé pour cette absence prolongée de fin d’année… Je n’ai pas plus d’information à ce sujet depuis fin novembre, cf cet article.

    Merci Mickael, voici une partie du documentaire encore disponible sur Google Vidéo : L’étude qui accuse.

    Le Vendredi 6 janvier 2012 à 00h31

  4. Elsa a dit:

    Tu peux parler du dernier documentaire « Tous au Larzac »
    Celui ci explique comment l’armée française a voulu effacer des exploitations agricoles dans le Larzac.

    Le Vendredi 6 janvier 2012 à 12h08

  5. Mathieu a dit:

    Merci pour cet éclaircissement sur le OGM. j’avoue que j’essaie de faire attention à ce que je mange mais pour les OGM c’est quasi impossible de savoir, et comme tu dis on nous a imposé ça…

    Le Vendredi 6 janvier 2012 à 23h43

  6. sonia a dit:

    Il est vraiment triste de voir que l’on nous impose les OGM sans vrai débat démocratique. Et comme tu le dit il est presque impossible de savoir si l’on en consomme ou pas.
    Peut on encore changer les choses ?

    Le Lundi 30 janvier 2012 à 13h16

  7. Lila a dit:

    Merci pour ton article. Je trouve cela révoltant. Nous devrions pouvoir choisir notre manière de nous alimenter. C’est tout de même notre santé. Je mets tant de choses pour avoir une hygiène de vie correcte, sport plusieurs fois par semaine ainsi qu’une alimentation équilibrée. Et l’alimentation biologique ? C’est peut être une solution ? Merci

    Le Jeudi 9 août 2012 à 14h37

  8. sam a dit:

    Bonjour !

    Je suis d’accord avec ton article !!

    Mais le problème c’est que aujourd’hui pour la plupart d’entre nous, nous vivons dans une société de consommation et il est de plus en plus dure de gérer la provenance et la qualité des produits…

    Le Mardi 29 janvier 2013 à 19h43

Laisser un commentaire



([email protected] pour obtenir une ancre optimisée)



Les bonnes pratiques des commentaires

Mentions légales | Auteur | Plan du site